Brandon Roy : « J’ai une arthrite de niveau 3. Au niveau 4, il faut remplacer le genou »

novembre 23, 2012 3 commentaires »

Même si son arthroscopie s’est très bien passée, et qu’il espère être de retour sur les parquets dans moins d’un mois, Brandon Roy vient de donner une interview au journal The Oregonian dans laquelle il explique que sont arthrite au genou en est à un stade très grave et qu’il pourrait bien être à nouveau obligé de prendre sa retraite.

« Mon arthrite vient d’atteindre le niveau III. Au niveau IV, il faut vous remplacer le genou, » a t-il notamment expliqué.

Pourtant, malgré les risques pour sa santé, et la douleur, Roy souhaite toujours réussir son come back en NBA.

Ni pour l’argent, ni pour la gloire, mais simplement pour lui.

« Quand j’aurais 40 ans, je ne veux pas me retourner et me dire : ‘Tu es parti parce que tu ne pouvais plus être le meilleur’ ? Je ne voulais pas vieillir et regretter ça. Même pour mes enfants, je ne veux pas qu’ils me disent : ‘Papa, tu as arrêté simplement à cause de ça…’ Je veux leur dire que non, que j’ai tout essayé. »

« Lorsque j’ai pris ma retraire, je ne vais pas dire que j’étais déprimé mais j’étais quand même mal. Je ne jouais pas au basket. Je n’étais pas en colère contre qui que ce soit, c’est juste que j’avais 27 ans et que je ne savais pas quoi faire de ma vie… »

Aujourd’hui, Roy semble être en paix avec lui même. Et même si un retour devenait finalement impossible, il serait cette fois-ci capable de l’accepter.

« Je ne serais pas déçu. Si cela doit finir dans trois semaines, alors cela prendra fin. Je suis vraiment satisfait de ce que j’ai accompli. Je sais les sacrifices et les efforts que j’ai dû faire pour revenir. Cela demande beaucoup de discipline pour en être où j’en suis. C’est tout ce qui compte : combien j’ai travaillé dur. Je ne peux pas être déçu, ça serait égoïste de ma part. Je n’étais qu’un joueur banal ma première année à l’université et tout ce qui s’est passé depuis est une bénédiction. »
« Ça a été une aventure formidable ».

À lire aussi