Doc Rivers : « Il ne faut pas que cela se transforme en Celtics vs Ray »

octobre 27, 2012 3 commentaires »

Invité du Felger and Mazz Show (CSNNE.com), Doc Rivers le coach des Celtics est revenu longuement sur le départ de Ray Allen de Boston.

« Ray a été incroyable ici, et il a fait le choix de partir. Et c’est là que l’histoire devrait s’arrêter. C’est ce que j’ai dit à mes joueurs aujourd’hui, mardi, nous n’allons pas essayer d’arrêter Ray. Il le faudra, mais c’est plus important de se concentrer sur LeBron et Wade, et j’espère que ce match ne deviendra pas un Celtics vs Ray, parce que si nos gars pensent de cette façon alors nous n’allons pas gagner, je peux vous le garantir. Mais je suis déçu à propos de tout ça et il a fait un choix. Est-ce que je pense que c’était le mauvais choix ? C’est clair. Je pense même que parfois il pense la même chose. C’est en tout cas ce que j’aimerais qu’il pense. Mais à la fin de la journée, je veux juste que tout aille bien pour lui, sauf quand il joue contre nous. »

L’entraineur des Celtics a également apporté des précisions sur sa relation personnelle avec Allen.

« Ma relation avec lui n’était pas mauvaise, mais après peut-être que ce n’était pas le cas. Ça n’a pas aidé quand j’ai décidé de mettre Avery (Bradley) dans le cinq à sa place, évidemment. Mais en même temps, en tant que coach, vous devez faire des choix. Vous vous inquiétez par rapport aux sentiments de vos joueurs, mais le plus important c’est l’équipe. Ray n’aimait probablement pas ça. Il voulait plus le ballon, des choses comme ça. Mais c’est ce que je dis aux gars en début de saison, ‘si vous êtes là et que vous vous attendez à ce que je fasse tout pour vous satisfaire alors vous êtes au mauvais endroit.’ »

Contrairement à ce que dit Allen, Rivers a assuré que lui et Danny Ainge, le GM de Boston, avait essayé d’appeler le joueur pendant la free agency, mais que les appels n’avaient pas été retournés.

« Écoutez, si vous êtes dans mon équipe depuis 4 ou 5 ans et que je dois quand même être là toutes les 10 secondes pendant la free agency, alors vous n’avez probablement pas envie d’être ici. »

À lire aussi