Les shooteurs du Heat se plaignent d’avoir des tirs trop ouverts

octobre 11, 2012 6 commentaires »

C’est un problème que 99% des joueurs de la ligue aimeraient avoir. Et, pourtant, à écouter les shooteurs du Miami Heat, se retrouver totalement seul derrière la ligne à trois points est une situation difficile à gérer.

« Il faut s’y habituer, » explique Rashard Lewis. « C’est le shoot le plus difficile au basket. Je vais sans doute devoir patienter quelques secondes, histoire que quelqu’un se rapproche. »

« Lorsque vous jouez un match, vous avez l’habitude de jouer à l’instinct », explique quant à lui Shane Battier. « Quand vous avez un trois points vraiment, vraiment ouvert, vous êtes nus. Vous avez le temps de penser, de rationaliser, et ce n’est pas constructif. Normalement, vous avez juste le temps de voir et de réagir. Mais quand vous avez vraiment le temps de penser dans un match de basketball, calculer mène souvent à un mauvais calcul. »

Heureusement, il y en a que cela ne semble pas gêner, c’est Ray Allen, qui a signé un 4/8 derrière l’arc aujourd’hui face aux Clippers.

« Pour moi, un shoot est un shoot, » a t-il déclaré, lui qui est le shooteur le plus prolifique de l’histoire de la NBA. « Le problème, ce n’est pas de se retrouver ouvert, c’est la manière dont la balle vous arrive. Attendre, est une mauvaise idée. Plus tu attends, plus c’est difficile. »

Les autres pourront toujours lui demander un cours particulier. À priori, quelqu’un qui a rentré 2,718 paniers à trois (+313 en playoffs) en carrière sait de quoi il parle…

Via Sun Sentinel.

À lire aussi